L’hiver...en hiver, la lumière du matin est splendide. On arrive tôt le matin, on s’assoit sur un banc et on regarde le soleil apparaître à l’horizon, le cercle rouge monte petit à petit, ensuite sa lumière éclaire le golfe. Les cyprès sont baignés de cette lumière jaune-orange.

Tous les matins que je viens à lungomare je pose la question : « La mer, de quelle humeur est-elle aujourd’hui ? » Je reconnais par le son de ses vagues, de l’eau quand elle est joyeuse.

Sur lungomare il y a toutes sortes d’oiseaux : goélands, cormorans, corbeaux, moineaux et en été aussi des hirondelles.

Au printemps, l’air y est fleuri ! On peut sentir même le laurier, puis la glycine, le tilleul aussi.

Différentes personnes viennent faire leur promenade sur lungomare le matin. Il y en a qui promènent leurs chiens, d’autres pratiquent la marche pour rester en forme. Certains se promènent en compagnie, d’autres tout seuls. Il y en a qui viennent régulièrement, on peut les voir aux différents saisons de l’année. D’autres pas, ils sont là pour un certain temps et puis à partir d’un jour, on ne les croise plus.

En automne, ce sont des chataignes qui tombent. C’est amusant, on peut les rouler de la jambe et elles avancent par des marches de l’escalier à Volosko.

En été il y a plein de monde et vaut mieux venir très tôt le matin sur lungomare pour savourer son calme.

Mais en été de la Saint Martin, les couleurs de lungomare me font penser à Alhambra : des cyprès, le bleu clair pur du ciel et l’eau. L’eau qui donne la païx.

Moi je regarde souvent le mouvement des vagues qui forment des cercles. Ce mouvement des ronds a une attraction hypnotique. Ce n’est pas bien de le regarder longtemps, ces cercles formés par les vagues.

Chacune des quatre saisons sur lungomare a une beauté qui lui est unique.